Jusqu’au dimanche 24 mai, la lune est ascendante. Tout peut être semé :

Si le jardinier est pressé, il peut planter sans tenir compte du calendrier lunaire ou alors attendre le 26 mai : 

  • les légumes-fruits : aubergines, concombres, cornichons, courges, courgettes, melons, pastèques, piments, poivrons ou tomates,
  • les légumes-feuilles : blettes, céleris à feuilles, chicorées, choux à feuilles, choux pommés, laitues, et les plantes aromatiques à feuilles,
  • les légumes-racines : betteraves rouges, céleris-raves, choux-raves,
  • les légumes-fleurs : brocolis, choux-fleurs, choux Romanesco.

En direct de la boutique :

Avec les pluies, les « mauvaises herbes » lancent l’invasion…
Comment les réutiliser au jardin ?

Les plantes indésirables non montées en graines sont coupées, au ras du sol, au collet (partie entre le système aérien et les racines). Comme ce sont des plantes annuelles, elles vont mourir. Les racines vont se décomposer grâce aux vers de terre « endogés » (les vers grisâtres).

Ces nutriments directement assimilables sont libérés pour les plantes à proximité. Leurs parties aériennes qui vont servir de paillis sont dévorées par les lombrics terrestres.
Après un certain temps, ces dépôts forment une litière nourricière et fertile pour le sol.

Si les plantes indésirables sont montées en graines, il est conseillé d’exporter les parties aériennes vers d’autres espaces dont la présence de graines est sans conséquences (pour éviter l’invasion).

Les herbes montées en graines peuvent être utilisées autrement : en purin de « mauvaises herbes » !

Elles sont déposées dans un seau rempli d’eau (couvrir les mauvaises herbes d’eau). 2 à 3 semaines après, ce purin « d’un autre genre » est versé entre les rangs des légumes ou sur le tas de compost.
Les graines auront perdu leur pouvoir germinatif.

Quelle que soit la pratique, et en se décomposant, les herbes indésirables libèrent des nutriments directement assimilables par les plantes.
De plus, elles restituent dans la terre les sels minéraux qu’elles ont prélevées au sol.

Le faux dicton de la semaine :

« le jardinier qui prend le melon choisit les variétés de chou-fleur
à grosse tête ! »

.