La lune est descendante jusqu’au 25 juillet, une période idéale pour planter. Il est important de respecter les distances de plantation.

Tous les 10 à 20 cm et 30 cm sur le rang : poireaux d’hiver,
Tous les 30 cm : basilic, betteraves rouges ou d’autres couleurs, laitues, blettes, chicorées, choux,
Tous les 50 cm : choux pommés,
Tous les 70 cm : choux fleur ou de Bruxelles,
Tous les mètres : cornichons et concombres.

Après ces plantations qui préparent déjà les récoltes de fin d’été, c’est la bonne période pour :

  • Apporter des amendements ou des engrais : compost mûr à demi-mûr, engrais organiques entre les rangs des légumes,
  • Travailler le sol : décompactage à la fourche bêche « type grelinette«  de l’entre-rang ou des futurs espaces de plantation.
    Une simple fourche-bêche peut aussi faire l’affaire en enfonçant les 4 dents dans le sol et faire un mouvement de haut en bas. L’opération se répète tous les 10 cm en reculant,
  • Pailler le sol des espaces nus ou compléter les paillis en place avec des déchets verts du moment  : tontes de pelouse, broyat de taille en vert, « mauvaises herbes », foin, paille… ou un paillage (anti-limaces) à base de Miscanthus adapté au potager,
  • Pulvériser sur les cultures des préparations stimulantes à base d’ortie, de consoude ou de prêle ou du Fongimix (qui permet de lutter contre les maladies du jardin).

En direct de la boutique :

Comment semer et repiquer laitues, chicorées et la mâche ?

En suivant le calendrier lunaire, le repiquage des salades d’automne et d’hiver se fait idéalement jusqu’au 31 juillet et à partir du 15 août (lune descendante), le semis s’effectue à partir du 1er août.

Nos variétés coup de cœur : Chicorée rouge de Vérone, Scarole géante, Chicorée Pain de sucre,…

Pour les laitues ou les chicorées, le jardinier ameublit le sol à la griffe à 4 dents puis le ratisse.
Le semis doit être le plus clair possible. Il faut mélanger les graines de salade à celles de radis, à du marc de café, à du sable ou à de la terre très fine.

Le semis est recouvert de terreau ou de compost mélangé à de la terre de jardin. Le jardinier tasse légèrement, puis arrose le semis avec un arrosoir en orientant la pomme vers le haut pour créer une pluie fine.

Après plusieurs semaines, le jardinier choisit les jeunes plants les plus trapus. Il faut planter « jeune » ! Il les repique en veillant à ne pas enterrer leur collet pour éviter le pourrissement.

Si les plants ont beaucoup de feuilles, le jardinier « les habille » en coupant la moitié des feuilles et une partie des racines pour faciliter la reprise. Les plants sont espacés de 30 cm sur des lignes distantes de 40 cm. Mieux vaut repiquer en ligne les salades d’automne et d’hiver, car il est plus facile de déposer un voile d’hivernage lors de périodes très froides.
La culture est à arroser aussi copieusement que régulièrement. Un paillis de déchets secs et plus au moins grossiers est déposé entre les rangs.

Pour la mâche, celle à grosses graines est à récolter avant les fortes gelées. La mâche à petites graines peut se récolter tout au long de l’hiver.

Les graines de la mâche ont besoin d’un sol ferme et tassé pour germer. Le jardinier fait un binage superficiel, mais sans plus ! Il est conseillé de semer en lignes en traçant un sillon profond d’un demi-centimètre. C’est plus facile pour le désherbage et la récolte.

Si la terre est sèche, il faut mouiller le fond du sillon car la mâche craint la sécheresse. Le jardinier sème en répartissant bien les graines. Le travail est facile, car elles sont grosses. Elles sont recouvertes de quelques millimètres de terre finement tamisée ou de terreau.
Avec le dos du râteau, le jardinier tasse le sol pour que les graines soient bien en contact avec la terre.

Il faut arroser le plus souvent possible le temps de la levée (2 à 4 semaines), la pose d’un sac de jute maintenu humide permet de hâter la levée.

Pour ces 3 salades, le jardinier peut aussi semer sur des plaques de semis.

Le faux dicton de la semaine :
« Le jardinier qui ne veut plus se raconter de salades crie :
« en avant, mâche  ! »