La mi-décembre est en général une période calme pour le jardinier, il peut néanmoins encore travailler le sol, apporter des amendements et compléter le paillage. Il est aussi possible de procéder aux plantations (s’il ne gèle pas toute la journée)…

Que faire du côté de son composteur ?

En novembre, le composteur a été vidé complètement. Le jardinier peut encore le faire en décembre.
La période hivernale est favorable au bricolage avec des planches de bois, du grillage ou des palettes.

Attention : son volume doit être en rapport avec celui de déchets produits et à traiter. Un bac à compost de 500 à 650 litres est bien suffisant pour une famille qui utilise la technique du paillage pour une majorité de déchets verts du jardin.

A lire : Quel modèle de composteur choisir ?

Du côté de la pelouse… 

Le jardinier peut ramasser les dernières feuilles pour les stocker à côté du composteur ou les mettre en paillage sur les espaces encore nus du jardin.

Si beaucoup de mousse est observée, l’épandage en très faible quantité de cendre blanche la limite. Le Croq Mousse permet également de lutter contre la mousse dans les pelouses.

Un sol déséquilibré ou un espace trop souvent à l’ombre favorise la mousse, il est donc difficile de lutter à long terme.
Vous pouvez aussi transformer cet espace envahi de mousses par un massif de fleurs adaptées aux endroits ombragés…

Au printemps, les tontes devront être fréquentes (1 fois par semaine), avec une hauteur de coupe supérieure à 6 cm et en laissant le déchet sur place (la tonte mulching est l’idéale).

Focus sur les asters, ces fleurs de saison  

Les asters apprécient la lumière, voire le soleil si la terre reste fraiche en été (paillage, plantation en massif avec d’autres plantes…).
Tous les sols leur conviennent.

En revanche, les asters ne supportent pas l’humidité stagnante en hiver. L’automne est la meilleure période de plantation.
Le jardinier peut acheter ces plantes en godets ou en récupérer par division de touffes chez ses voisins.

Leur croissance est très rapide. Il faut compter 3 pieds au m2 pour les plus grands, 4 ou 5 au m2 pour les plus petits.
Comme toute plantation de vivaces en godet, il faut tremper préalablement la motte pour que le terreau soit gorgé d’eau. Ensuite, démêler délicatement les racines trop serrées.

Creuser un trou à la dimension de la motte, déposer au fond du trou un peu de compost bien décomposé ou du terreau de plantation puis tasser bien autour du pied.

Enfin, pailler avec des feuilles mortes ou du broyat de déchets verts.
Les asters sont rabattus de moitié en juin pour favoriser leur tenue et pour favoriser la floraison. Dès l’automne, les tiges sèches sont rabattues. Les déchets cisaillés sont laissés sur place.

Toutefois, il est conseillé de rabattre les tiges qu’à la fin du mois de février. Les oiseaux pourront ainsi se nourrir des graines durant l’hiver.

Le podcast jardin de la semaine

Le faux dicton de la semaine :
« Quand les asters sont plantées, le jardinier fait des claquettes  ! »