Pour récolter de bons légumes, il faut soigner l’arrosage. Systèmes d’arrosage, fréquence et cas particuliers, découvrez comment arroser votre potager grâce à toutes nos astuces.

La fréquence d’arrosage d’un potager dépend de la température, de la météo, de la sécheresse et du type de sol. Un sol léger conservera moins l’humidité qu’un sol lourd argileux.
Si vous repiquez des plants, arrosez-les une première fois copieusement, puis, quotidiennement pendant 10 jours pour qu’ils reprennent, puis paillez-les.

Le paillage du sol va limiter l’évaporation de l’eau à la surface due aux rayons du soleil. Vous gagnerez ainsi une corvée d’arrosage par semaine.

Une fois que les légumes ont repris, il vaut mieux arroser ses plantations copieusement 3 fois par semaine plutôt qu’un petit peu tous les jours. Ainsi, les légumes iront chercher l’eau en profondeur et non juste à la surface qui sèche au premier coup de chaleur.

Les tomates, melons et concombres demandent un arrosage régulier car ils détestent avoir soif, pour autant, inutile de noyer vos plantes en y apportant trop d’eau. Si c’est le cas, les récoltes risquent d’être très maigres.
En revanche, les légumes d’hiver comme les poireaux, les betteraves, les céleris ou les navets se contenteront des pluies naturelles et d’un éventuel coup de pouce en cas de sécheresse anormale.
Pour les légumes à cycle très court comme les salades et les radis, ils exigeront des apports en eaux très réguliers et en grande quantité au risque de monter à graine.

C’est donc du cas par cas qu’il faut faire au moment de l’arrosage.
L’idéal étant de rapprocher les légumes ayant les mêmes besoins en eau au sein du potager afin de limiter les déplacements et les arrosoirs.

En direct de la boutique :

Quand faut-il arroser ?

En automne et au printemps, nous vous recommandons d’arroser le potager le matin. Ainsi l’eau ne stagnera pas sur les feuillages pendant la nuit. Cela pourrait être la source du développement de maladies fongiques (les champignons).

En été, on arrose plutôt tard le soir afin que l’eau ne s’évapore pas et rentre bien dans le sol pendant la nuit.
Elle pourra être disponible toute la journée suivante pour la plante.

Comment bien arroser son potager ?

Il y a une multitude de façons de bien arroser son jardin…

Le système le plus basique est l’arrosoir. Choisissez-le robuste et adapté à vos besoins. De 3 à 15 litres pour les plus grands, en acier ou en plastique. Veillez à adapter votre choix à vos capacités physiques.
Nous proposons par exemple une réserve d’eau 55 litres sur roues, un système astucieux pour acheminer l’eau d’un bout à l’autre du jardin.

Pour les grands jardins veillez à avoir plusieurs sources d’eau pour éviter de jongler avec un tuyau d’arrosage trop long. A partir de 15 m les tuyaux deviennent très fastidieux à utiliser et à tirer d’un coin à l’autre du jardin. De plus, ils peuvent même faire des dégâts sur les plantes du potager s’ils ne sont pas correctement guidés.

L’arrosage goutte à goutte est un système d’arrosage du potager particulièrement performant quand il s’agit d’arroser le pied des plantes et d’épargner les feuilles et les fruits qui n’apprécient guère un arrosage en pluie (comme pour les tomates par exemple).
De plus, il est particulièrement économe en eau car il n’arrose qu’à l’endroit souhaité. En revanche, il nécessite un certain temps d’installation en début de saison.

Autre solution pour les jardins potagers, les tuyaux micro-poreux. Branchés à un programmateur, ils arroseront régulièrement votre jardin sans effort.
Ils adorent les lignes droites de nos plates-bandes et apporteront de l’eau directement aux pieds de vos légumes. Cela évite de mouiller le feuillage et réduit ainsi l’apparition de maladies.
N’hésitez pas non plus à acheter ce système si vous avez planté une haie, c’est une solution très pratique.

Enfin, une technique ancestrale qui revient au goût du jour : les Ollas (en espagnol « pots »).
Ce sont des poteries en terre cuite que l’on enterre jusqu’au col. On les remplit d’eau tous les 10 jours environ pour des jarres d’une contenance jusqu’à 10 litres.
Poreuses, les ollas diffusent lentement l’eau aux racines des légumes qui viennent se coller à leurs parois.
Quand la terre commence à se dessécher autour des pots, par effet de capillarité, elle absorbe l’eau des poteries et la zone autour s’humidifie. C’est une bonne solution pour les potagers et cela vous permet de vous absenter quelques jours en vacances par exemple.

Comment arroser en période de canicule ?

Sécheresse rime souvent avec manque voire même restriction d’eau au niveau local !

Pour sauver un maximum de cultures potagères, pensez à pailler le sol dès le début du printemps, cela créera du stock dans les couches plus profondes du sol.

Si les restrictions sont trop sévères et vous obligent à choisir des plantes, privilégiez celles qui ont le moins besoin d’eau et qui ont donc plus de chances de passer la canicule avec un apport en eau réduit.

Bien arroser un potager surélevé

Les potagers surélevés et mêmes ceux en carré légèrement hors du sol ont des besoins en eau plus importants car elle s’évapore plus vite. Ils ne profitent pas de la profondeur et de la fraicheur du sol.
L’arrosage s’effectue au même moment de la journée qu’en pleine terre mais la fréquence varie. En été, comptez un arrosage tous les jours !

Stocker l’eau de pluie au jardin

Avec des étés de plus en plus secs et caniculaires, avoir un récupérateur d’eau de pluie devient une nécessité pour tous les jardiniers.

En plus de la gratuité de la pluie, cette eau stockée a de nombreuses qualités :

Il faut prévoir une réserve d’eau en fonction de la surface du jardin qui permet tenir quelques semaines sans pluie.
Si possible privilégiez des récipients opaques qui empêchent la formation d’algues.

Pensez à récupérer l’eau de vos toits grâce à des systèmes à installer sur les descentes de gouttière. Ces derniers sont souvent équipés de trop plein, ce qui évite les débordements de vos récupérateurs.

Bon arrosage !