Votre panier
0,00 €
consultez notre foire aux questions
Nous avons peut-être déjà la réponse à votre question
Voir la F.A.Q
 
Chaque semaine, recevez gratuitement
les conseils de nos experts jardin.
Devenez Parrain et gagnez des remises
En savoir +
Livraison gratuite à partir de 89 € d'achat
En savoir +

L'agenda du jardinier jusqu'au 7 septembre

Jusqu'au 7 septembre, le jardinier repique : chicorée, laitue et mâche...


  

  

Zoom sur...  les auxiliaires de vie au jardin naturel :

 

Tous les êtres vivants du jardin sont des auxiliaires du jardinier car il s'établit une division du travail où chaque espèce remplit une fonction déterminée ; c'est la niche écologique.

Souvent leur rôle est de réguler le nombre de telle ou telle autre espèce pour éviter toute invasion. Sinon, en nombre, l’auxiliaire peut devenir rapidement un ravageur !


La limace est un véritable décomposeur de matière organique fraiche utilisée pour le paillage ou le compostage. Ces boulettes fécales (déjections) vont être envahies par des bactéries qui vont transformer la matière organique en nutriments directement assimilables par les plantes ou fixés par l'humus.

Ce mollusque a donc son utilité... sauf quand il s'attaque aux plants de salades. Leur nombre est limité par les carabes ou les staphylins qui détruisent leurs œufs, ou les lézards, les musaraignes et les hérissons qui préfèrent les jeunes adultes.


Pour favoriser ces auxiliaires prédateurs des limaces, il faut créer des habitants (biotopes) qui leur correspondent : paillis de végétaux grossiers (feuilles, broyat de branches, …) pour ces deux insectes, mur de pierres sèches pour les reptiles ou tas de feuilles et de branchages pour les petits mammifères.

Contre les invasions de certaines espèces de pucerons, le jardinier essaye de maintenir des populations de coccinelles, de syrphes, de chrysopes ou de forficules (pince-oreilles) en créant des gîtes appropriés comme des tas de bois, rangés ou pas, et en assurant le couvert ... grâce à des populations d'autres espèces de pucerons qui sont moins dérangeantes et n'affectant pas le jardin nourricier.

Le sureau est un bon exemple car ses pucerons n'affectionnent que lui. Eh oui, pour limiter les invasions de ravageurs des fruits et légumes, le jardinier doit maintenir leurs populations dans son jardin pour garantir la présence de leurs prédateurs !

La baisse insupportable de populations d'oiseaux comme les hirondelles ou de chauves-souris affaiblit une de leur mission : réguler au crépuscule les populations de papillons prédateurs des fruits (carpocapses ou vers des fruits des pommes, des poires ou des prunes) ou des légumes (vers du poireau, ...).
En maintenant leur habitats naturels spécifiques ou en installant des refuges, ces populations d’auxiliaires peuvent se fixer dans les jardins. Il faut accepter leurs déjections ; ils ne peuvent pas «faire » que chez les voisins !

Comment lutter contre les campagnols dévoreurs de carottes si les piquets de tomates sont les seuls points hauts du jardin où les rapaces peuvent se poser ? La plantation de haies ou l'adossement de perches de sapin à des cabanes de jardin facilite leur travail.

Un milieu humide temporaire ou permanent privilégie grenouilles et crapauds qui régulent les populations d'insectes ou de mollusques. La liste des coups de mains est infinie ; d'ailleurs les écologues parlent de services "écosystèmiques" rendus par la nature.

Enfin, si maintenir des habitats adaptés n'est pas suffisant pour limiter les invasions de ravageurs, le jardinier peut intervenir dans la chaine alimentaire avec des produits autorisés en agriculture biologique et sans impacter la présence des autres acteurs, sinon il déplace le problème.

 

 


Rédigé le  30 août 2019 16:29  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site