Votre panier
0,00 €
consultez notre foire aux questions
Nous avons peut-être déjà la réponse à votre question
Voir la F.A.Q
 
Chaque semaine, recevez gratuitement
les conseils de nos experts jardin.
Produits fabriqués en France
En savoir +
Livraison gratuite à partir de 89 € d'achat
En savoir +

Lutter naturellement contre les aleurodes

Également appelés mouches blanches, les aleurodes font partie des nuisibles les plus fréquents, aussi bien au potager que dans les jardins d'agrément. Ces insectes provoquent des dommages sur les cultures, voire sur les fleurs en fin d'été et à la faveur d'un automne plus doux qu'à l'accoutumée. Quels sont les symptômes d'une attaque d'aleurodes, et comment s'en débarrasser en bio ?

Reconnaître les mouches blanches

Les aleurodes (Aleyrodoidea) sont des insectes ailés courants sous nos latitudes. Ces ravageurs font partie de l’ordre des Homoptères, au même titre que d'autres nuisibles redoutés des jardiniers, comme les psylles, les pucerons ou encore les cochenilles.

Ces insectes facilement identifiables disposent de pièces buccales destinées à piquer et à sucer. Leur taille n'excède guère 3 millimètres. Leur couleur blanche et le fait qu'ils soient ailés leur vaut également l'appellation de mouches blanches. On les trouve en amas à l'envers des feuilles des plants infestés.

Au potager, les aleurodes les plus fréquents sont :

- l'aleurode du chou (Aleyrodes proletella) qui, comme son nom l'indique, s'attaque spécifiquement aux choux ;

- deux mouches blanches très similaires qui ont une large préférence pour les serres où elles font des ravages considérables sur les pieds de tomates, de courgettes ou encore de concombres.


Le développement de ce ravageur est favorisé par une absence de pluie en fin de période estivale et en début d'automne. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les aleurodes trouvent, dans les serres, des conditions propices à leur prolifération.

Comment lutter en bio contre les aleurodes ?

Les dégâts causés par les mouches blanches sur les récoltes du potager peuvent être considérables. En effet, ces insectes ailés épuisent littéralement la plante en suçant la sève de la plante infestée. En l'affaiblissant, ces nuisibles amenuisent sa résistance naturelle face aux maladies et autres champignons. Pire, le miellat secrété par les mouches blanches contribue au développement de la fumagine, une maladie cryptogamique se traduisant par des moisissures noires. Les conséquences vont d'une diminution de la production de légumes, à la dégénérescence des plants dans les situations extrêmes.


Il est essentiel de lutter au plus tôt contre les aleurodes car une femelle peut pondre jusqu'à 600 œufs. Pour cela, en agriculture biologique, il existe des traitements qui ont fait montre de leur efficacité et qui, pour certains, sont utilisés depuis des générations dans les potagers familiaux :

- pour les cultures ne craignant par l'eau, comme les choux par exemple, un arrosage peut permettre de déloger une partie des aleurodes. Toutefois, cette technique présente le risque de favoriser le développement de certaines maladies, notamment le mildiou sur les tomates par exemple ;

- sous serre, il est possible d'utiliser des pièges à glu de couleur jaune. Identiques à ceux utilisés contre la mouche des fruitiers, ceux-ci permettent de capturer les adultes et d'éviter ainsi qu'ils ne se reproduisent ;

- une pulvérisation de purin d'ortie peut également permettre d'éloigner ces indésirables ;

- une pulvérisation de savon noir directement sur la partie inférieure des feuilles contaminées ;

- certains insectes prédateurs sont également fort utiles pour vous débarrasser des aleurodes. Pensez-donc à favoriser la biodiversité de votre jardin, par exemple en installant un hôtel à insectes.