potager 4 espaces

Comment organiser un potager en 4 espaces ?

Comment organiser un potager en 4 espaces ?

Auditeur régulier de notre podcast jardin "On sème FORT !", vous connaissez sans doute l'organisation en 4 espaces de notre ami Eric.

Dans cet article, découvrons comment organiser un potager en regroupant par famille les légumes du potager...

Le jardinier ou la jardinière se perd souvent entre les techniques d'association ou de rotation des légumes-feuilles, racines, fleurs ou fruits. Pour faciliter le regroupement des légumes, pourquoi ne pas le faire par plats gastronomiques ?

Voici les espaces gastronomiques composés de plantes qui s'associent bien, avec des exigences culturales identiques et dont la rotation est facile :

  • L'espace « Ratatouille »,
  • L'espace « Potée »,
  • L'espace « Plats gros volumes »,
  • L'espace « Soupe de courges ».

D'autres espaces les complètent, le jardin devient ainsi vivant et nourricier.

Trouver le bon emplacement

Le potager a besoin d'un ensoleillement régulier (6 heures dans la journée) et d'une bonne terre.

Une orientation de terrain nord-sud avec des espaces de plantation est-ouest est idéal. Il existera toujours des solutions pour améliorer la qualité du sol.

L'apport de matière organique sous ses différentes formes (paillis, compost demi-mur ou mur) et des techniques culturales appropriées (sol toujours couvert, absence de pesticides et d'engrais de synthèse...) vont modifier la structure du sol qui va tendre, plus ou moins rapidement, vers un aspect grumeleux.

C'est la création d'un sol vivant avec ses légions de micro et de macro-organismes qui vont le permettre. Le jardin doit tendre vers un écosystème dont le jardinier fait partie.

Toutefois, si le sol est très humide ou fortement argileux, le travail en buttes (ou en billons) offre la meilleure réponse a cette situation.

Un point d'eau est essentiel pour le potager même si certaines techniques permettent de limiter les arrosages (paillage, apport de différentes matières organiques...).

Comment estimer l'ensoleillement du potager ?

Le jardinier se place dans la future zone de plantation en se mettant le dos au nord. Il peut ainsi déterminer les périodes de soleil au courant de la journée.

Les obstacles (habitations et murs, arbres de haut jet, reliefs...) peuvent les contraindre.

Les arbustes fruitiers, ainsi que les plantes annuelles à fruits (tomates, courges...) demandent plus de 6 heures d'ensoleillement.

Si ce n'est pas la cas, les risques de maladies (tavelure, oïdium...) ou d'attaques de ravageurs (pucerons...) sont élevés et la fécondation est plus faible.

Faire un plan de potager en respectant des plats gastronomiques

Le jardinier regroupe des légumes-feuilles, fruits, fleurs ou racines par plats gastronomiques.

Voici 3 espaces avec des plantes qui s'associent bien (technique de l'association) et avec des exigences culturales identiques :

L'espace « Ratatouille » regroupe les légumes et fruits du soleil que sont les tomates, les aubergines, les poivrons et les courgettes auxquels se rajoutent ail, oignon et échalote en bordure d'espace,

L'espace « Potée » donne la part belle aux carottes, choux, poireaux, panais et navets,

L'espace « Plats gros volumes » se composent de fèves, de haricots (nains ou rames), de pois, de petit-pois ou de pommes de terre.

D'une année sur l'autre, les espaces tournent (technique de la rotation) : l'espace « Ratatouille » deviendra l'espace « Potée » et ainsi de suite.

Le jardinier optimise les zones vides avec des semis de radis, des plantations de salades ou d'autres plantes à pousse rapide.
Il bouche les trous !

D'autres espaces à créer au jardin

L'espace « Compostage » est obligatoire.
En fonction de la surface du potager et des déchets verts produits, le jardinier choisit le compostage en tas, en bacs ou les 2 à la fois.
Comme beaucoup de déchets verts du potager sont utilisés directement sous forme de paillis, 2 bacs sont souvent suffisants : un d'accumulation et un autre de maturation.

L'espace « Fleurs » est important pour favoriser la biodiversité au jardin. Il attire les auxiliaires qui vont se nourrir des ravageurs et qui vont favoriser la pollinisation. Les fleurs peuvent être semées en bande ou mélangées aux légumes. Le choix se porte sur les plantes sauvages, quelques plantes horticoles peuvent y être associées.

L'espace « Pépinière » permet les semis de certains légumes (choux, salades…) ou de fleurs (Œillets d'Inde…) avant leur repiquage en pleine terre. Il est riche en compost bien décomposé.
La mise en place d'un châssis ou d'un tunnel à partir de matériaux de récupération permet d'avancer la date des semis. En fin de saison, quelques salades d'hiver y sont repiquées à couvert pour optimiser la place.

L'espace « Plantes aromatiques » est composé de plantes annuelles (persil, cerfeuil...) ou de vivaces (thym, sauge, mélisse citronnelle...).
Il peut être aménagé en fameuse spirale aromatique ou au contraire réparti dans tout le potager (en bordures, en petits massifs...).

L'espace « Petits-fruits » (cassis, groseilles, framboises, mures, caseille...) donnent du volume au potager et, en bordure, peuvent abriter les légumes des vents dominants et des coups de soleil.

L'espace « Fraises » est composé de fraisiers remontants ou non.
Il doit être renouvelé tous les 4 ans en totalité ou partiellement (25 % tous les ans).

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés